MOZART DANS LA DÉCHARGE

Cateura est une petite ville de 10.000 habitants à proximité d’Asuncion la capitale du Paraguay. Une petite ville pauvre, gangrénée par la violence et emplacement de la plus grande décharge du pays. Une grande partie des habitants vivent justement de cette décharge où ils récupèrent tout ce qui peut être recyclé ou réutilisé.

Le miracle commence en 2006 quand Favio Chavez arrive à Cateura après des études de technologie de l’environnement. Chavez n’est pas seulement un technicien mais depuis son jeune âge un passionné de musique qui à seulement 11 ans (!) avait déjà dirigé la chorale de son église. Quand cet homme regarde les enfants souvent laissés à eux mêmes, trainant dans les tas d’ordures, proies faciles aux bandes qui font la loi, à l’alcool et aux drogues, il fait le pari fou de les sortir de leur condition et de leur ouvrir un monde nouveau grâce et via la musique.

Une autre rencontre fait évoluer ce projet. Nicolas « Cola » Gomez a perdu son père quand il n’avait que 7 ans. Pour faire vivre sa mère et la fratrie de neuf enfants, le petit garçon doit commencer à travailler. Employé pendant une trentaine d’années sur des chantiers, il déménage ensuite à Cateura pour y gagner sa vie en tant que récupérateur et recycleur. Cola est aussi un bricoleur de génie, activité à laquelle il doit son surnom « Cola le luthier ». Qui pouvait mieux convenir comme partenaire à Favio que lui pour transformer un rêve en réalité?

Le projet d’une école de musique est magnifique mais il faut des instruments et évidemment les familles n’ont pas les moyens pour acheter de tels objets de « luxe » à leurs enfants. Mais il y a la décharge qui regorge de tôle froissée, de morceaux de tuyauterie, de vieux bidons, de clés, de capsules de bière et d’autres rebuts que l’on peut transformer en violons, violoncelles ou flûtes traversières. Ce n’est pas par n’importe quelle musique que les deux hommes veulent sortir les enfants de leur quotidien précaire mais par la « grande musique » avec un répertoire qui va de la musique traditionnelle, en passant par les Beatles ou Frank Sinatra jusqu’aux valses de Vienne ou Beethoven! Ainsi est née l’orchestre des instruments recyclés, « Orquestra de recilados de Cateura ». Il comprend aujourd’hui plus d’une trentaine de membres et donne des concerts partout dans le monde. Avec l’objectif de former un jour un orchestre philharmonique (plus de 50 musiciens) il y a deux cents enfants qui reçoivent un enseignement de musique grâce à cette école imaginée par deux hommes qui veulent faire passer un message: « Vous nous envoyez vos déchets, on vous envoie de la musique »!

 

 

MOUANS-SARTOUX ET LA BONNE GESTION

Eh oui, on peut si l’on veut! Gérée entre 1974 et 2015 (41 ans!!) par André Aschieri – Verts puis EELV – et depuis 2015 par son fils Pierre, la petite commune entre Cannes et Grasse, a su prendre les bonnes décisions au fil des années. Ainsi tous les services publics sont gérés en régie municipale directe: eaux, assainissement, pompes funèbres, ramassage d’ordures, transports et cantines scolaires.

Dans cette région où chaque mètre carré vaut des fortunes, la Mairie a acheté 4 ha en les préemptant à un promoteur pour y planter des légumes bio pour ses cantines scolaires. Depuis 2012 Mouans-Sartoux est la seule ville de France avec des cantines 100% bio (il faudrait peut-être inviter les sénateurs qui ont voté contre l’objectif de 20% bio…)

Mais la Mairie n’a pas seulement instauré le bio dans les cantines mais s’est aussi attelé à diminuer significativement le gaspillage. En 5 ans elle est arrivée à diminuer de 80% les déchets alimentaires dans la restauration  collective – une économie de 20 cents par repas distribué.

Comment les responsables ont-ils procédé? D’abord par – ce qui relèvent du bon sens – en adaptant les portions. Un petiot de maternelle ne mange pas autant qu’un plus grand, cela semble évident! Ensuite les enfants peuvent choisir leur portion – pas tout le monde a toujours le même appétit – mais chacun peut se resservir autant qu’il le veut si c’est particulièrement bon ou que le creux est très gros ce jour là. Une partie des repas est d’ailleurs préparé à fur et à mesure pour éviter de se trouver avec de trop grandes quantités à la fin du service. Les fruits sont proposés en quartiers et les enfants se servent à volonté. Comme c’est la ville via sa régie qui fournit les cantines, les menues sont établis selon la maturité des légumes. Épluchures, feuilles etc. alimentent un lombricomposteur.

Une fois tout le monde rassasié, on pèse les déchets: 3-5 kg pour les 240 enfants contre 25 kg avant.

Alors qui peut encore dire que c’est trop compliqué? top couteux? trop utopiste?


<p><a href= »https://vimeo.com/160240607″>Le plan anti-gaspillage de l'&eacute;cole Fran&ccedil;ois-Jacob &agrave; Mouans-Sartoux</a> from <a href= »https://vimeo.com/user20285862″>Groupe Nice-Matin</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

 

LA MAMAN DU POISSON

Noël s’est encore approché un peu plus et cette fois-ci la Mère Noël s’adresse aux enfants qui veulent faire un très bôôô cadeau à

  • maman
  • papa
  • papy
  • mamie
  • tata
  • ou pour se faire plaisir à eux mêmes.

J’ai découvert ce super truc sur le site de recyclit qui avait lancé un concours d’éco-créations. Le 3e prix du Green Team a été décerné au

RECYCLARIUM

C’est au sein de la crèche agapi que des petits entre 18 mois et 3 ans ont confectionné cet aquarium formidable avec des choses qui se trouvent dans n’importe quelle maison. Il suffit de peindre l’intérieur d’une boîte en carton pour la transformer en monde sous marin, accrocher des pinces à linge « poissons » avec des bouts de ficelles et ajouter algues, étoiles ou tout autre élément qui s’y prête, fabriqué soit en pâte à modeler ou en carton découpé. Magique, n’est-ce pas?

Recyclarium-2

 

 

PLASTIC WORLD

Nous vivons dans un monde où les matières plastiques se trouvent un peu partout: jouets, ordinateurs, vêtements, emballages, voitures, casques de sécurité, ustensiles de cuisine, meubles, équipements sportifs – la liste est presque sans limites et tous les domaines de note vie sont concernés.zoom1

Mais qu’est ce que c’est exactement: une matière plastique? Comment et à partir de quoi est elle faite? Comment est elle utilisée, à quoi sert elle, où est elle irremplaçable? Et pourquoi est-ce que les déchets plastics sont devenus un tel problème pour notre environnement?

Le musée pour enfants « Kindermuseum Zoom » à Vienne en Autriche consacre 20151009_144528_resizedune exposition à cette thématique. Comme s’est d’usage dans ce musée ludique et pédagogique c’est une « hands-on exhibition », c’est à dire les enfants sont invités à mettre la main à la pâte, à to20151009_144512_resizeducher, expérimenter, jouer sous les yeux bienveillants des médiateurs. Et cela on ne leur dit pas deux fois! L’espace grouille d’enfants qui crient, courent, se déguisent, fouillent dans les objets mais sont aussi sagement 20151009_144142_resizedassis autour d’une table à confectionner des colliers inspirés par les chaînes moléculaires des plastiques, à essayer de ramasser quelques débris de plastiques à l’aide d’une pincette dans un petit bac à sables ou à essayer de lancer une bouteille vide dans un seau.

Les textes sont plus pour les parents et enseignants qui accompagnent mais les médiateurs font quand même passer le message principale aux petits têtes blondes et brunes: ON NE JETTE PAS LE PLASTIQUE, ON RECYCLE – et on eut aussi éviter d’en faire usage trop massivement.20151009_144651_resized

Plus sur l’expo est ici: http://www.kindermuseum.at/zoom_programmangebot/zoom_ausstellung/aktuelle_ausstellung_kunst_stoff_plastik

PAMPERS & CO.

20 milliards de couches culottes sont jetées chaque année dans le monde. En France cela représente 1 million de tonnes ou 9% de nos déchets ménagers. Et les chiffres vont encore grimper suite au vieillissement de la population….

Au Japon le marché des couches culottes pour adultes a quadruplé en 5 ans et a surpassé celui des couches pour bébés. 600.000 t atterrissent dans les décharges nippons où elles sont soit brûlées en dégageant du dioxine de carbone soit enterrées avec une durée de « survie » de 300 à 400 ans.

Tout cela a fait tilt il y a déjà une dizaine d’années dans la tête de Yukihiro Kimura qui y a vu une bonne occasion de joindre sa fibre environnementale à son sens du business. Sans vraiment savoir dans quelle direction aller, il a cherché une solution pour se débarrasser de ses restes peu ragoutants. Depuis il a ouvert sa première usine à l’ouest de Kyoto. Ici arrivent par camion les couches des maisons de retraite – les astronautes ou les camionneurs en portent d’ailleurs aussi et  peut-être que certains se souviennent d’une épisode de « Grey’s Anatomy » ou une opération très longue et compliquée  était sur le programme pendant laquelle les chirurgiens ne pouvaient pas s’éclipser pour aller au petit coin ! Bref, les sacs de couches arrivent à l’usine de M Kimura où ils sont déchiquetés, séchés et compactés pour devenir un combustible vendu aux thermes et spas de la région pour y chauffer les bains.

Un business qui a de l’avenir car les fabricants ont bien mis dans la tête des jeunes parents que le pot n’est pas indiqué avant que l’enfant ne sait pas  lire et écrire (d’accord j’exagère un peu, mais seulement un peu!). On ne voit que mal les mamans revenir en masse vers les couches lavables et de toute façon l’espérance de vie prolongée fera sonner les caisses des producteurs de plus en plus longtemps! Les bains au Japon vont pouvoir rester chaud….

C’EST LA RENTRÉE

Ce site http://www.syctom-paris.fr/edi/sitetom/histoire/dixhuitvingt.htm explique les déchets aux enfants. Tom raconte l’histoire des déchets mais Tom recycle aussi, il collecte, il trie – bref, Tom est un éco-citoyen accompli! Un bon outil pour expliquer aux petits comment il faut faire d’une manière ludique. Et plein de liens utiles pour pousser encore plus loin.

site-tom-syctom

Merci TOM