DESIGN POUR RÉFUGIÉS

Ils ont tout ou presque tout perdu. Ils ont laissé derrière eux leurs maisons, leurs affaires, leurs souvenirs, souvent leurs familles et leurs amis. Ils s’embarquent au péril de leur vie dans un petit canoë précaire et échouent – s’ils ne se sont pas noyés en route – sur des plages en Grèce pour continuer de là leur éprouvant périple vers une vie plus paisible. Sur la plage restent les vestiges de leur passage: des zodiac abimés et des gilets de sauvetage dessinant une bande orangée…

Ce qui s’est souvent perdu lors du voyage ou ne tient plus, c’est les bagages, les sacs, valises et autres baluchons contenant le peu que l’on a pu emporter.

Deux initiatives prennent les choses en main. Des bénévoles hollandais, touchés par ce qu’ils ont vu à Lesbos et ailleurs, ont organisé des ateliers pour apprendre aux réfugiés comment fabriquer des sacs simples, solides et imperméables à partir de sangles des gilets et des coques en plastique des bateaux. Trois outils est tout dont on a besoin: des ciseaux, une poinçonneuse et une riveteuse!

Un autre projet dans le même esprit et en utilisant les mêmes matières premières est en train de se monter à l’aide d’un financement participatif sur Indigogo: NoBorders Backpack. Le collectif « Embassy for the Displaced », dont l’objectif est de développer des solutions pour les migrants, et qui est basé entre Londres, Athènes et Lesbos – où en hiver arrive un millier de personnes par jour (et encore bien plus en été) – souhaite établir une petite production de sacs à dos dans le camp de réfugiés autogéré à Mytilène. Les sommes récoltées serviront à acheter trois machines à coudre, du fil et des cordes élastiques, de verser un petit salaire aux locaux qui travaillent dans cette structure et aussi de développer d’autres produits pour les réfugiés.

Face au désespoir mais aussi au courage des gens qui sont forcés à quitter tout et se trouvent confrontés à l’hostilité de certaines franges de la population européenne tout comme à l’incapacité des gouvernements et institutions de gérer correctement et avec empathie cette crise il est à la société civile de se mobiliser – et heureusement elle le fait comme le prouvent des projets et initiatives un peu partout!

LA MAMAN DU POISSON

Noël s’est encore approché un peu plus et cette fois-ci la Mère Noël s’adresse aux enfants qui veulent faire un très bôôô cadeau à

  • maman
  • papa
  • papy
  • mamie
  • tata
  • ou pour se faire plaisir à eux mêmes.

J’ai découvert ce super truc sur le site de recyclit qui avait lancé un concours d’éco-créations. Le 3e prix du Green Team a été décerné au

RECYCLARIUM

C’est au sein de la crèche agapi que des petits entre 18 mois et 3 ans ont confectionné cet aquarium formidable avec des choses qui se trouvent dans n’importe quelle maison. Il suffit de peindre l’intérieur d’une boîte en carton pour la transformer en monde sous marin, accrocher des pinces à linge « poissons » avec des bouts de ficelles et ajouter algues, étoiles ou tout autre élément qui s’y prête, fabriqué soit en pâte à modeler ou en carton découpé. Magique, n’est-ce pas?

Recyclarium-2

 

 

WISHLISTE POUR NOËL

Tous les magazines et blogs nous offrent des pages et des pages d’idées pour les cadeaux de Noël. « Ordures – Le Blog » ne laissera pas passer cette occasion pour vous proposer des cadeaux 100% éco-responsables!

La première proposition est pour:

  • les fans de foot
  • les nostalgiques
  • les joueurs
  • tous ceux qui aiment s’amuser

Alors le premier paquet que « Santa Baby » (vous connaissez la chanson d’Eartha Kitt?) sort de sa hotte est….

LE BABY FOOT EN CARTON

Plus simple à monter qu’un Billy d’Ikea, sans vis ni clou, il est en carton, 100% recyclable, ultra léger donc ultra mobile, mais à dimensions standards (146 x 90 x 72), pourvu de supports pour cannette, verre ou bouteille et smartphone (pour la musique d’ambiance!) il existe en marron ou blanc avec plusieurs versions d’équipes disponibles (aussi personnalisables). Le prix de 92€ n’est pas prohibitif.

Si vous voulez commander votre « Kartoni », c’est ici. D’ailleurs l’entreprise vend aussi des tables de ping-pong selon le même principe!

Dans ma boule de cristal je vois des soirées endiablées en 2016!

babyfoot

 

RAFISTOLER AVEC YOKO

Quand on parle de Yoko Ono on pense surtout à la compagne légendaire de John Lennon (pour les plus jeunes parmi les lecteurs: c’était un des célèbres Beatles, assassiné en 1980). On oublie alors que cette femme déjà avant de connaître la gloire aux côtés de son mari John, était – et l’est toujours – une importante artiste, très connue dans les milieux avant-gardistes de l’époque.

Yoko Ono a publié entre autres un livre – ACORNE – rassemblant des « instructions » poétiques comme des petits graines à semer dans notre cœur, notre conscience, pour améliorer ce monde par des toutes petites touches.

Une de ces instructions s’appelle « Mend an object« :

When you go through the process of mending, you mend something inside your soul as well.

Think of a « crack » in your own life or the world. Ask for it to be healed as you mend the object.*)

J’ai trouvé cela sur le site « Improvised Life » que vous pouvez voir en cliquant ici: http://www.improvisedlife.com/

Et pour voir plus de « acorns » de Yoko Ono sur « Imagined Life » c’est ici: http://imaginepeace.com/projects/100acorns

*) Réparez un objet – Quand vous effectuez le processus de raccommoder, vous réparez aussi quelque chose dans votre âme. Pensez à une fissure dans votre propre vie ou dans le monde. Souhaitez qu’elle soit guérie tout en réparant l’objet

AU SECOURS DU GRILLE PAIN CASSÉ…

Plus personne n’est sensé d’ignorer la fameuse « obsolescence programmée » qui fait que la plupart de nos objets électriques et/ou électroniques tombent en panne et cela souvent bien plus tôt que leur prédécesseur. Je me souviens encore de la première machine à laver que ma mère avait acheté et qui fonctionnait même après 25 ans de bons et loyaux services très bien. Ça fait rêver! Et je me souviens aussi de la réponse d’une vendeuse quand j’ai été obligée à changer mon téléphone (fixe) qui ne marchait plus: « Prenez le moins cher parce que de toute façon ça ne tient pas plus que deux ans, peu importe le modèle… »

On nous incite à remplacer en permanence ces objets et pour être sûr que nous le faisons vraiment les industriels ont inventé des petites puces et autres diapositives (ce n’est pas un apanage de VW!) qui obligent l’objet à tomber en panne prétendument « irréparable » ou réparable mais à un prix qui rend le tout nouveau modèle à peine plus cher. On veut nous faire croire que cela est indispensable pour faire marcher l’industrie et garder des emplois, pour soutenir « la croissance », ce mantra des temps modernes.

Il y a bien quelques avancés dans ce domaine comme par exemple des bacs dans des enseignes comme la Fnac ou Darty où l’on peut jeter son petit matériel, l’enlèvement de l’ancienne machine à laver etc. etc. mais… on peut aussi essayer de réparer ce truc en panne! Soi-même en plus. C’est là où les REPAIR CAFÉS entrent dans le jeu. Je pourrais tout vous expliquer, mais regardez plutôt ce vidéo:

C’est quand même bien mieux que d’abandonner le matériel cassé dans la rue à côté des poubelles!!

(PLUS D’)UNE BOUTEILLE À LA MER

On connait les bouteilles contenant des mots doux ou d’autres messages jetées à la mer ou des bateaux dans une bouteille insérés par des bricoleurs patients et minutieux. Mais connaissez vous les bateaux faits à partir de bouteilles?  Pas de bouteilles en verre mais en plastique car c’est plus facile à assembler.

Voilà l’histoire d’une invention ingénieuse de jeunes pêcheurs de Gaza. Ne trouvant pas des moyens pour construire et réparer leur barques habituelles suite à l’embargo qu’Israël inflige à cette population depuis une soixantaine d’années et donc privés d’une ressource alimentaire, les jeunes hommes futés ont eu une idée: rassembler des bouteilles en plastique vides et ainsi construire une barquette.

Et ça marche!

Et si vous aussi voulez construire votre bateau, voilà un lien vers un site de DIY (« do it yourself ») pour vous guider: http://monbateaurecycle.com/

ATELIER BRICOLAGE

Aujourd’hui on bricole. A une époque où les citoyens supportent de moins en moins la politique comme elle est exercée par les grands partis au pouvoir, cela peut vous être utile un jour…

Sur le programme des « travaux manuels » donc: transformation d’une bouteille en plastic en masque à gaz (lacrymogène).

Il vous faut: une bouteille (assez grande car elle doit pouvoir couvrir votre visage!), un feutre, un cutter, une bande de mousse isolante, un masque de protection contre la poussière (surfaces de bricolage), de la colle

  1. dessinez sur la bouteille une forme en U de taille adaptée à votre visage
  2. coupez le fond de la bouteille
  3. découpez la partie en forme de « U »
  4. enveloppez tous les bords avec de la mousse isolante
  5. enlevez les élastiques et des parties métalliques du masque de protection et enfoncez le masque dans la bouteille côté cou de la bouteille
  6. percez 4 petits trous dans les côtés de la bouteille et fixez y les élastiques que vous avez enlevez du masque et bouchez les trous avec la colle pour rendre le masque étanche.

Avant de mettre le masque enduisez la partie qui couvre votre bouche de vinaigre – et « allons enfants de la patrie… aux barricades »!!

Manifestant en Turquie (2013)

Ces conseils utiles ont été trouvés dans le catalogue « Disobedient Objects », édité par Catherine Flood et Gavin Grindon, qui a accompagné l’exposition au Victoria & Albert Museum à Londres