CAMILLE, TU VEUX PAS UNE BOULE VANILLE?

C’est l’été, il fait chaud (au moins à Marseille) et on mange des glaces. En Indonésie aussi on mange des glaces et on en a mangé pas mal pour procurer sa matière première à l’architecte Florian Heinzelmann!

Ce jeune architecte d’origine allemande a remarqué au fil de ses voyages en Indonésie que beaucoup de villages manquent d’un espace commun. En s’appuyant sur son agence de design Shau basée au Pays Bas il a donc décidé de créer une petite bibliothèque communale dans le village de Bandung. Il souhaitait offrir aux villageois un espace pour se réunir, aux jeunes un moyen de découvrir la littérature et à tout le monde un lieu pour bouquiner paisiblement et passer un temps agréable ensemble.

2000 conteneurs de crème glacée étaient nécessaire pour construire un très joli bâtiment aux lignes épurées. Utiliser ces récipients était pour Florian Heinzelmann aussi un moyen pour démontrer que l’on peut, non doit!, réutiliser des déchets plastiques qui représentent en Indonésie comme partout un vrai fléau pour l’environnement.

010_shau_miclib front morning

Utilisant les fonds et les ouvertures des conteneurs comme un langage informatique (les fonds correspondent à 1 et les hauts à 0) il a inscrit sur les murs en code binaire « Books are the windows to the world » (Livres sont des fenêtres sur le monde).

Après avoir monté un escalier on arrive dans la bibliothèque avec ses étagères et bancs en bois tandis que les murs dont le plastique est semi transparent laissent filtrer la lumière du jour créant une ambiance apaisante et douce.

to-enter-the-elevated-library-visitors-need-to-climb-the-steps

Temps de quitter l’Indonésie et d’aller chez Vanille Noire pour manger un sorbet au gingembre 🙂

LES PAUVRES TU LOGERAS

La Force est certainement avec Carlos Daniel Gonzalez et Nataniel Munoz, jeunes entrepreneurs mexicains, et leur start-up « Eco-Domum » fondée en 2013 pour répondre à deux problèmes cruciaux: l’accumulation de déchets plastiques et l’absence quasi totale d’une gestion des ordures et l’extrême pauvreté. La Banque Mondiale considère comme extrêmement pauvres des personnes vivant avec l’équivalent de 1,25 $ (ou moins) par jour. En Mexique cette définition s’applique à 10% de la population, c’est à dire à plus de 11 million de personnes. A Puebla, l’état où Eco-Domum a été créé, c’est bien pire: ici 64% (!!) de la population vit dans l’extrême pauvreté, des gens qui manquent de tout, de nourriture et de logement.

Some people live in truly deplorable conditions, places you can’t even call houses. My vision is very clear. I have the conviction to help the most people I can have a dignified life by getting rid of extreme poverty, cleaning up my country at the same time.

L’entreprise emploie des collecteurs d’ordures – ce qui favorise l’économie locale – pour récupérer des déchets plastiques, de la bouteille de soda jusqu’aux jouets abandonnés. Ces déchets, d’abord triés pour éviter de générer des fumées toxiques, sont ensuite hachés avant d’arriver dans un four chauffé à 350°. La fonte prend une trentaine de minutes et le matériau ainsi récupéré arrive dans une presse hydraulique pour être compressé et façonné en panneaux de 2,4 x 1,2 m et d’une épaisseur de 2,5 cm. 120 panneaux qui ont d’ailleurs une très bonne capacité d’isolation sortent chaque jour de la petite usine.

LogoEco-01

En une semaine seulement on peut ainsi construire avec 80 panneaux une maison presque indestructible d’une quarantaine de mètres carré comprenant 2 chambres, un salon, une cuisine et une salle de bains – un luxe jusque là peu connu par ces familles pauvres.

Eco-Domum vend des maisons entières et des panneaux de mur ou de toit à des particuliers mais aussi à des associations ou collectivités engagées dans des programmes de relogement des habitants des bidonvilles. Plusieurs villes ont fait appel à Eco-Domus pour pouvoir construire très rapidement et à peu de frais des nouveaux logements tout en réglant – en partie – leur problème de déchets.

« This has the potential to grow exponentially,” said González. “The problem of trash is huge in my country. In the whole world, there’s a ton of trash. In the next year, I want to grow the company ten-fold. First, we will concentrate in Mexico, but in 3-5 years, we want to go to other countries. There is poverty everywhere. The world is a house for everyone, and it’s worth it to fight for expanding this business. I will dedicate the rest of my life to this.

Eco-Domum fait partie de la 2e édition d’un programme appelé « Unreasonable Mexico », soutenant des entrepreneurs qui veulent s’investir dans des solutions face aux problèmes les plus urgents du pays, car ce sont les « irraisonnables » qui ont toujours fait avancer l’Histoire!

carlos

ANOTHER BRICK IN THE WALL

pas n’importe quelle brique, mais l’EcoBrick!

Lors d’un voyage au Guatemala, l’activiste environnementale Susana Heisse était épouvantée par la quantité de déchets plastiques autour du lac Atitlan. En se demandant comment lutter contre cette pollution elle a eu une idée absolument géniale: on prend une bouteille en plastique, la remplit de déchets non bio-dégradables (emballages de chips, de bonbons, sacs en plastique…) en tassant le plus possible et voilà un EcoBrick qui est, utilisé avec du ciment ou de l’argile, un matériau de construction robuste, un isolant formidable et pas cher.

plastic-bottle-brick-small

Il existe aujourd’hui au Guatemala 38 écoles construits en EcoBicks par des associations dont Pura Vida Atitlan, créée par Susana Heisse, surnommée par CNN la « Trash Queen of Guatemala ».

Ecobricks-are-bottles-packed-with-non-biological-waste

Son idée à trouvé des adeptes dans d’autres pays confrontés à la pauvreté, le manque de logement et l’abondance de déchets. Aux Philippines un « open source » manuel a été distribué aux écoles. Les élèves doivent, comme une partie de leurs devoirs, apporter chaque semaine une EcoBrick.

La ville de Greyton en Afrique du Sud, minée par des problèmes sociaux, les inégalités, le manque de logements abordables et une absence totale du traitement des déchets est grâce à Nicola Vernon, la première en Afrique à s’inspirer de cette technique de construction. Et elle n’y vas pas à reculons! En juillet Greyston sera la première ville sans sacs en plastique jetables! Un jardin partagé a vue le jour, un éco-village est en construction et 18 emplois ont pu être créés.

Quand Joseph Stodgel, artiste et écologiste américain, a visité Greyton pour la première fois, c’était une énorme décharge à ciel ouvert qui l’a marqué.

The dump is the first area you come to when you are walking from town

En tant qu’artiste il se lance donc dans la création d’un festival: « Trash to Treasure« . Une partie de la décharge est nettoyé et sur une scène construite à partir de pneus, des musiciens se produisent. Chaque année on y fabrique aussi des EcoBricks. Lors de la 3ème édition du festival en 2015 un bloc de toilettes sèches a pu être fait en utilisant cette technique, une cuisine, des douches et des hébergements pour les festivaliers sont prévus pour bientôt. Sur le site il y a aussi une salle de classe dont chaque mur était construit par une école différente.

Une autre personne touché par le « virus EcoBrick » est l’architecte Ian Domisse. Il a décidé de démissionner de son travail pour ouvrir son propre cabinet spécialisé dans la construction avec ces briques. C’est lui aussi qui a mis en place un réseau avec des commerçants et entrepreneurs locaux – EcoBrickExchange. L’EcoBrick est ainsi devenue une forme de monnaie locale.

Un bel exemple comment des solutions locales peuvent être plus intéressante, plus valorisante et moins couteuses que des grandes centres de recyclage « industriels »!

Pour savoir plus sur les EcoBricks.

 

 

BALAYER DEVANT SA PORTE

Avant de critiquer les autres, dit le proverbe, commençons par balayer devant notre propre porte.

Quelle autre citation pourrait s’appliquer mieux sur les questions liées à l’environnement? Il est « facile » de demander aux industries de baisser leurs émissions et de prendre sa voiture pour aller chercher son pain. Il est « facile » de protester contre les incinérateurs et de continuer à acheter les produits sur-emballés et de ne faire pas beaucoup d’effort pour trier. La liste des petits gestes quotidiens est immense, chacun peut faire sa part de colibri et alors les choses commenceront à changer!

Est-ce que le collectif d’architectes et sociologues « Encore Heureux » a pensé à la citation de la porte quand ils ont conçu un pavillon pour la COP21? De toute manière la question du recyclage, de la réutilisation et de la diminution des déchets est au cœur de leurs projets, comme en a témoigné l’exposition « Matière Grise » qui leur était consacrée au Pavillon de l’Arsenal à Paris en 2013/14.

Leur construction pour la COP21, le « Pavillon Circulaire » – qui d’ailleurs n’est pas du tout rond – a été érigée sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris: une « expérimentation architecturale »  autour du réemploi de matériaux de construction.

pavillon
(c) Cyrus Comut

La façade est constituée de 180 portes en chêne provenant d’une opération de réhabilitation d’un immeuble de logements HBM du 19ème arrondissement. La laine de roche servant à l’isolation intérieure a été déposée lors des travaux de la toiture d’un supermarché. Les éléments de la structure bois sont des restes du chantier d’une maison de retraite. Les sols et les murs sont faits de panneaux d’exposition, tandis que le caillebotis de la terrasse extérieure provient de l’opération Paris-Plage. En guise de mobilier, cinquante chaises en bois ont été collectées dans les déchetteries parisiennes, réparées puis repeintes, et les suspensions lumineuses proviennent des stocks des éclairages publics.

Le pavillon accueillera, comme feu le pavillon M à Marseille, des expositions, conférences, débats, ateliers et un café.

L’agence « Encore heureux » a d’ailleurs aussi été choisie pour assurer la direction artistique de la grande exposition autour des déchets prévue en 2017 au MuCEM !